Apr
13

Kadâmbini, Intermittences de vies

When we played our show in Berlin CHB (Screenplay Festival) last year, someone wrote a beautiful review, in french, about our show Kadâmbini. If we used this review for our presskit, we have never published it on our blog. So, here it is… Thanks John.

Lors de la présentation de Kadâmbini l’année dernière au CHB Berlin (Screenplay Festival), quelqu’un a écrit une très belle critique de notre spectacle, en français. Si nous l’avons publiée dans notre dossier de diffusion, nous ne l’avions jamais réellement publiée sur notre site. C’est chose faite… Merci John.

Avec les transversalités il peut y avoir encore plus. Quand les audaces artistiques exploitent le potentiel des mixités, l’exploration des nouveaux champs infinis générés par les langues numériques en mutation permanente en fait partie.

Quand en plus ce sont nos « bâtis » de vie, nos architectures de villes qui consentent à laisser leurs baies vitrées devenir des écrans, ce sont nos espaces urbains qui s’agitent, surpris par les « nouveaux happenings » des dialogues avec la rue.

Dans Kadâmbini, le défi est à son comble ; l’expression audiovisuelle qu’on imaginait s’emparer sans partage, avec fatalisme, de nos habitudes, rend la politesse à « la scène » en laissant les acteurs vivants rejouer la représentation face à leur public. Nous atterrissons dans un vrai spectacle, et on peut même oser le mot « spectacle total ».

Grâce à des jeux finement ciselés d’images sérielles, de musicalités qui se déploient dans des précarités instrumentales (ici le ballon de nos enfances qu’on frotte, là la fourrure qui servait de col de parure à notre grand-mère, encore les cris d’orfraies des onomatopées…) autant que dans des technologies de claviers chargés de stocks numériques prêts à jaillir, et qui sortent des valises de voyage toutes immaculées, -non plus d’étiquetages collés- mais de lampes témoins des flux en fonction, l’improvisation des acteurs – ils sont 4 – a une place de choix inattendue, la plus belle, la plus impressionnante, et la plus émouvante, pour faire vibrer l’aventure du capitaine au long cours, pris par d’intermittentes pagailles de mémoire, ou de réalités… ? Qui le sait. Tantôt il s’installe sur écran géant, tantôt, il vogue dans la bande dessinée, ou apparaît sur d’improbables cubes d’ombres chinoises, mais ses acteurs de vie sont toujours là pour le suivre, sur scène, pour mieux le révéler. Tout ce petit monde est de passage, le temps de la représentation et puis s’en va.

Le capitaine – un beau 5° acteur- a la truculence de nous appeler à la rescousse tout en nous conviant à ses rêves, et à ses doutes. Dans les lumières blafardes d’un cabaret de fin de régime, apparait la créature d’un rêve mal assuré, fume cigarette encore en action, qui fait prendre la mer envahie des oiseaux hostiles d’Hitchcock. Il ne reste plus qu’à comprendre qu’il faut ouvrir la porte d’un jardin d’Eden improbable, où se produisent de vastes phénomènes dans les branches d’arbres qui portent des robes de couleurs aux accents lunaires. L’obsession d’ouvrir la porte pour découvrir un arrière, est à l’égale de celle qui nourrit le fantasme de pénétrer les murs du château où rodent les fantômes de nos histoires, quand les lieux d’existence ont été chargés d’expériences inconnues qui deviennent alors énigmatiques à nos yeux. Percer les mystères impose les actes répétitifs du chercheur de trésor, jusqu’à l’ivresse.

La partie crée pour le spectateur un vrai suspens, qui défie la recherche du coupable, au profit d’une curiosité maintenue en alerte permanente grâce au rythme soutenu des images qui passent, des séquences qui formulent, des suggestions imaginaires provoquées…

Et quand vous savez que le spectacle se donne encore à « travers les murs » pour enjouer le quartier du plaisir ludique qui est le notre, on a l’impression de se partager ainsi toute la ville.

John Mansfield, Berlin, le 9 avril 2011 au Centre culturel hongrois

Dec
12

New teaser for the new version of Kadâmbini

Here we are…! After our workshop week in Mains d’Œuvres (Saint-Ouen, Fr) for the new version of our show Kadâmbini, here is the new teaser in LIVE, directed by François-Xavier Dubois…! Hope you will enjoy this teaser !

We take the opportunity to inform you that we will play Kadâmbini at the 11′ in Mains d’Œuvres (Saint-Ouen, Fr) this Saturday, December 17. Of course, you can’t miss the other shows during the night ! More about this crazy night here.

Another time, another place. We will also play our show on the 28th of December in a beautiful place; l’Espace Culturel Les 26 Couleurs in Saint-Fargeau-Ponthierry (Fr). More.

Sep
20

Scenography for Astrée X drama

Bart, Alexandra and Charles have worked on the scenography of the drama Astrée X written and staged by Gildas Loupiac, for a creation freely inspired by Terry Gilliam…

It’s a scenography made of video mapping, with sounds, lights and videos interactivities. To be completely free in following the actors, I’m using several software, such as Live, Modul8, MadMapper and Max (for the special Monome Module), and make them works together.

Astrée X
Frédéric never leaves home and never sees anyone. He has a telecommuting work and when he needs something, it is delivered. His everyday life, immutable, seems written in stone… Until a mysterious girl burst into his life…
The play, between utopia and science fiction, is asking for the place of the other when the technology is building is own reality, between us and the world, when virtuality comes true.
The scenography was designed to show this omnipresence of the virtual, using video mapping, video, sounds and light interactivities to create the space, the flat of Frederic, where the action takes place. It’s a living place, a sprawling matrix, stilfling, but probably also an illusion created by humans to rock his eternal solitude.

Written and staged by: Gildas Loupiac
Scenography: Barthélemy Antoine-Loeff and Alexandra Petracchi
Sound design: Charles Dubois
Costumes: Marilyne Morel
With: Thomas Lequesne, Géraldine Szajman and Etienne Bodi

From the 7th of september to the 2nd of october (monday and tuesday excepted) at 20 PM.
FUNAMBULE MONTMARTRE / 53 rue des Saules, 75018 Paris / Lamarck-Caulaincourt (12)

Jul
4

Summer news…

Well, we are glad to announce you that Kadâmbini, our audiovisual and cinema show, is represented by AVoka Production, a label dedicated to audiovisual performances and live cinema. So now, our gig is now part of amazing other shows such as Asynthome (Yro & Transforma), Eile (YroYto), Inside The Black Box (Sati & Yro), Operators (Transforma) and Sati (Erwan Raguenes & Jesse Lucas) ! Wouhou !!!

If you follow our news on our Facebook page -if not, you should !-, maybe have you noticed that we have been finalists in the Spectacle Vivant (Performing Art) category for the Prix Paris Jeunes Talents 2011 (Paris Young Talents Award) for our gig Kadâmbini. Unfortunately, we did not get the award. Whatever the result -of course, we cried and drunk a lot !- we are proud to have participated and earned some recognition for our work…

Now, we will take a summer break before coming back with a lot of surprises in september !

Jun
10

Millumin, software for audio-video shows

If you follow our work, maybe you’ve seen something about Millumin. If not, you have to know that Millumin is a new software created by Philippe (Anomes) from iduun, dedicated to audiovisual show.

Of course, we will use this software for our next performance… and maybe for Kadâmbini, because it owns some very usefull stuffs such as a timeline, one of the many functionalities that’s missing today in our work. Here is a small preview in video…

If you want to know more about Millumin, take a look at the official website and the facebook page.